CONFIDENCES

Stéphane Biargues et damien Congé donnent leur ressenti par rapport au COVID 19 et abordent la saison prochaine

Ce coup-ci, ça y est ! Même si la saison a été quelque peu tronquée par la lutte contre le coronavirus et le confinement, l’Avenir moissagais retrouve sa place en Fédérale 3.

Les deux coprésidents, Paul Guillamat et Jean-Denis Falgas ont œuvré pendant les quatre ans de leur coprésidence pour aboutir à ce résultat, fierté du club et récompense des efforts de tous. Dès l’assemblée générale, les deux coprésidents laisseront la place à deux nouveaux, Stéphane Biargues et Régis Lacaze, tandis que Jean-Denis Falgas sera président d’honneur, Paul Guillamat et Jean-Pierre Grand accompagneront le duo en tant que vice-présidents dans le nouveau bureau.

La nouvelle équipe souhaite, avant tout, assurer le maintien en Fédérale 3 et asseoir le club dans cette division avant de viser d’autres buts. Stéphane Biargues fait le point

Comment avez-vous vécu le confinement ? Cela a été une période très compliquée. Les relations entre dirigeants, entraîneurs, joueurs n’étaient pas faciles. Aucun entraînement collectif n’était autorisé et donc programmé. Les joueurs ont dû travailler seuls et ce n’était chose ni évidente ni facile.

Quelles conséquences cela aura-t-il pour l’avenir du club ? De s’adapter le plus vite possible aux nouvelles consignes que donnera la FFR. Très rapidement il faudra reprendre le rythme qui était le nôtre avant le confinement afin d’assurer la reprise.

Comment vos licenciés ont-ils continué leur activité ? Cela a été une période très isolée. Chacun a, sans doute, donné le meilleur de lui-même à un entretien physique. Nous ferons le point dès que la reprise aura lieu et l’autorisera.

Quels sont vos projets pour la prochaine saison ? Après cette accession en Fédérale 3 qui comble le club et les supporters, nous travaillerons essentiellement pour le maintien dans cette division et bien asseoir le club. Pour le reste on verra plus tard. Covid-19 :

Lécole de rugby handicapée

Ce n’est pas de gaieté de cœur que le responsable de l’école de rugby de l’Avenir moissagais, Damien Congé, les seize éducateurs et les 85 jeunes, adeptes du rugby et âgés des babies à quatorze ans ont stoppé toute formation et entraînements depuis la mise en confinement. Les séances avaient lieu le lundi pour les U8, U12, U14, le mercredi pour les U10, U12, U14 et le samedi pour les U6 et les babies. Elles ont toutes été arrêtées.

Entretien avec Damien Congé.

Comment avez-vous vécu le confinement de l’École de rugby ? Cela a été une grosse déception en même temps qu’une situation incontournable, alors qu’on allait arriver à la période des tournois, période très intéressante pour tous ces jeunes qui viennent de s’initier au jeu de rugby.

Quelles conséquences cette période d’arrêt a-t-elle provoquées ? La période de formation est très importante à cet âge-là. C’est là que les jeunes que l’on a commencé à former vont mettre en pratique ce qu’ils ont appris pour leur donner l’amour du jeu et aussi du club. Il faudra bien vite rattraper tout cela. C’est avec plaisir et impatience que l’on attend ce moment des retrouvailles avec les jeunes, leurs parents et tout l’encadrement autour du ballon ovale.

Comment vos jeunes licenciés ont-ils continué leur activité rugbystique ? Je ne sais pas, en raison du confinement, comment cela s’est passé individuellement. J’ai bien eu quelques contacts mais trop fragmentaires pour en tirer des conclusions générales. Quand et comment envisagez-vous la reprise ? Espérons que la FFR, la Ligue d’Occitanie, le CD 82 donneront bientôt le signal. Ils ont déjà lancé quelques pistes. La FFR a bien pris les choses en main. Ce que nous souhaitons c’est une reprise rapide, sécurisée et conviviale.

Quels sont vos projets pour 2020-2021 ? Cette période de confinement nous a permis de dépoussiérer le dossier de labellisation de l’École de rugby auprès de la FFR. Nous souhaitons reprendre pour lancer les projets sportifs, innovants, et intéressants pour tous et en poursuivant ce travail de formation que nous avons entrepris.


Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.